Les tuniques bleues #60, la critique

Les Tuniques Bleues 60, Carte blanche pour un bleu, Cauvin, Lambil, dupuisDans ce nouvel album des Tuniques Bleues, Carte blanche pour un bleu, Raoul Cauvin et Willy Lambil abordent le thème de la maladie.

À la suite d’une sanglante bataille n’ayant laissé que peu de survivants dans le 22ème de cavalerie, le sergent Chesterfield a totalement perdu conscience. Sourd, muet, le regard vide, assis sans bouger sur un fauteuil roulant, il ne semble pas plus vivant qu’une courgette. À tel point que le haut commandement pense à s’en débarrasser. Mais que pourrait-il faire dans un tel état ? Le caporal Blutch, camarade loyal, prend sa défense face à l’état-major et obtient carte blanche pour tenter de ramener à la vie son supérieur. Il a trente jours, pas un de plus, pour essayer désespérément et par tous les moyens de faire réagir le sergent.

Raoul Cauvin signe avec Carte blanche pour un bleu le 60ème album de la série. C’est un album anniversaire en quelque sorte, l’occasion pour le scénariste de ponctuer cet épisode de plusieurs flashbacks qui permettront au lecteur de (re)découvrir des personnages croisés au cours de précédents albums. L’idée est intéressante, sauf que malheureusement Carte blanche pour un bleu a un goût de déjà vu et fait immédiatement penser au tome 29 de la série, En avant l’amnésique, dans lequel le sergent Chesterfield aidait le caporal Blutch, devenu amnésique, à retrouver la mémoire. Rebelote donc dans cette 60ème aventure avec cette fois-ci Chesterfield dans le rôle du malade. Certes, l’album est une nouvelle fois bien mené par le scénariste et permet de retrouver Cancrelat, Drummer Boy, Charlotte et tant d’autres…

Les Tuniques Bleues 60, Carte blanche pour un bleu, Cauvin, Lambil, dupuis
Les Tuniques Bleues 60, Carte blanche pour un bleu, Cauvin, Lambil, dupuis-page5-1200
Les Tuniques Bleues 60, Carte blanche pour un bleu, Cauvin, Lambil, dupuis-page6-1200
Les Tuniques Bleues 60, Carte blanche pour un bleu, Cauvin, Lambil, dupuis-page7-1200
Les Tuniques Bleues 60, Carte blanche pour un bleu, Cauvin, Lambil, dupuis-page8-1200
Les Tuniques Bleues 60, Carte blanche pour un bleu, Cauvin, Lambil, dupuis

Les dessins de Willy Lambil sont superbes avec toujours autant de dynamisme et de précision. Toujours du grand Lambil.

Les tuniques bleues sont une véritable madeleine de Proust pour le lecteur et c’est un plaisir de retrouver chaque année un nouvel album. Carte blanche pour un bleu déçoit cependant par son manque d’originalité. Espérons qu’il ne s’agisse seulement que d’un petit écart effectué pour célébrer les 60 ans des héros…

 

Les Tuniques bleues #60
Carte blanche pour un bleu
48 pages
Raoul Cauvin – Willy Lambil
Dupuis
Parution : 28 octobre 2016

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Café Zombo, la critique

Chronique BD, Café Zombo, Régis Loisel, Glénat, Disney by GlénatPour le quatrième album de la collection Disney by Glénat, Régis Loisel signe Café Zombo et imagine une aventure de Mickey au cours de laquelle il traverse la crise de l’emploi dans l’Amérique post-1929.

1930, les États-Unis subissent la Grande Dépression. Comme tous les matins, Mickey et Horace font la queue devant le bureau pour l’embauche. Sauf qu’une fois de plus, il n’y a rien pour eux… Dépités, ils décident d’aller rendre visite à leur ami Donald pour se changer les idées. Au programme : camping au bord de la rivière avec leurs compagnes Minnie et Clarabelle. Sauf qu’à leur retour, ils ont la surprise de découvrir que la ville a complètement changé. Rock Fuller, un banquier véreux, a racheté toutes les propriétés du quartier et compte les raser afin de construire un terrain de golf. Pire encore, les travailleurs, embauchés en masse pour ce grand projet, sont devenus accros à une mystérieuse substance, « café Zombo », qui fait d’eux de véritables zombies ! 

Après son formidable Peter Pan, Régis Loisel signe son grand retour comme auteur complet (scénario et dessin). A cette occasion, et contrairement aux précédents albums de la collection, Régis Loisel propose un hommage au Mickey des années 30 de Floyd Gottfredson dont il est un grand fan. Le scénariste ancre son personnage dans une certaine réalité et le confronte aux difficultés du marché de l’emploi, à la corruption, à la discrimination tout en proposant une critique acerbe de la malbouffe qui caractérise les Etats-Unis. Café Zombo n’en reste pas moins une aventure qui contient de beaucoup d’humour et pleines d’actions avec un Mickey débordant de vitalité et de dynamisme !

 

Chronique BD, Café Zombo, Régis Loisel, Glénat, Disney by Glénat
Preview, Café Zombo, Régis Loisel, Glénat, Disney by Glénat
Preview, Café Zombo, Régis Loisel, Glénat, Disney by Glénat
Preview, Café Zombo, Régis Loisel, Glénat, Disney by Glénat
Preview, Café Zombo, Régis Loisel, Glénat, Disney by Glénat
Preview, Café Zombo, Régis Loisel, Glénat, Disney by Glénat
Preview, Café Zombo, Régis Loisel, Glénat, Disney by Glénat
Preview, Café Zombo, Régis Loisel, Glénat, Disney by Glénat

Graphiquement, Café Zombo est une vraie merveille. Pour mieux coller au récit des années 30, Régis Loisel a opté pour un format à l’italienne contenant 2 strips sur chaque page. Son dessin joue l’hommage au style des années 30 avec un style volontairement à l’ancienne très réussi contrebalancé avec beaucoup de dynamisme et de mouvements. On retrouve des personnages très expressifs, proche de la grimace par moment, beaucoup de détails dans les décors et de nombreuses scènes de bagarres. Dynamique et efficace ! 

Avec Café Zombo, Régis Loisel signe un retour réussi avec une aventure de Mickey à la fois rétro et très moderne. A ne pas manquer !

 

Café Zombo
80 pages
Régis Loisel
Glénat
Parution : 23 novembre 2016

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Lanfeust odyssey #8, la critique

Lanfeust Odyssey 8, Lanfeust poursuit son odyssée au cours du 8ème album de la série Lanfeust odyssée avec Tseu-Hi la gardienne., Soleil, Arleston, TarquinLanfeust poursuit son odyssée au cours du 8ème album de la série Lanfeust Odyssey avec Tseu-Hi la gardienne. 

Lanfeust a failli perdre la vie en affrontant Lylth la dévoreuse de mondes. Sauvé par Cixi, surgie de la porte des étoiles, il est soigné sur Merrion. Mais Lylth, à la tête d’une redoutable armada, ravage toujours Troy et il faut retourner l’affronter. Et parallèlement une autre confrontation se profile, celle de Cixi et des quatre épouses de Lanfeust… Alors que Lylth marche à travers les baronnies en direction d’Or-Azur, une étrange alliée rejoint Lanfeust : Tseu-Hi, énigmatique mercenaire, qui a fait vœu de veiller sur le Magohamoth, source de toute magie. 

Si c’est toujours un vrai plaisir de retrouver Lanfeust et toutes ses femmes, il faut malheureusement avouer que ce nouvel album manque cruellement d’actions. Pour tout dire, il ne s’y passe grand-chose, les héros se bornant à traquer la démonique Lylth dans la plus grande partie du récit. Sans compter que le titre de l’album, Tseu-Hi la gardienne, est quelque peu trompeur dans la mesure où ce nouveau personnage ne fait son apparition qu’au cours des dernières pages. Celles-ci permettent heureusement de conclure ce huitième tome en beauté avec une petite révélation et un cliffhanger qui laissent penser que le prochain tome sera bien plus dynamique et captivant. 

Lanfeust Odyssey 8, Lanfeust poursuit son odyssée au cours du 8ème album de la série Lanfeust odyssée avec Tseu-Hi la gardienne., Soleil, Arleston, Tarquin
Lanfeust Odyssey 8, Lanfeust poursuit son odyssée au cours du 8ème album de la série Lanfeust odyssée avec Tseu-Hi la gardienne., Soleil, Arleston, Tarquin
Lanfeust Odyssey 8, Lanfeust poursuit son odyssée au cours du 8ème album de la série Lanfeust odyssée avec Tseu-Hi la gardienne., Soleil, Arleston, Tarquin
Lanfeust Odyssey 8, Lanfeust poursuit son odyssée au cours du 8ème album de la série Lanfeust odyssée avec Tseu-Hi la gardienne., Soleil, Arleston, Tarquin
Lanfeust Odyssey 8, Lanfeust poursuit son odyssée au cours du 8ème album de la série Lanfeust odyssée avec Tseu-Hi la gardienne., Soleil, Arleston, Tarquin

Les dessins de Didier Tarquin sont encore et toujours épatants. Le dessinateur anime magnifiquement tous ses personnages et propose un découpage très réussi. Les décors sont majestueux, et les personnages toujours aussi bien travaillés tant dans leurs mouvements que leurs expressions.

Tseu-Hi la gardienne est un album de transition qui fera tout de même passer au lecteur un très bon moment. La quête se poursuit et l’affrontement final approche à grand pas !

 

 

Lanfeust Odyssey #8
Tseu-Hi la gardienne
48 pages
Christophe Arleston – Didier Tarquin
Soleil
Parution : 23 novembre 2016

Share on FacebookTweet about this on Twitter